Imprimer
Catégorie : Journées théobaldiennes

Deuxièmes journées théobaldiennes


Deuxièmes journées théobaldiennes
6 et 7 septembre 2008
Ville de Badia Polesine - Rovigo - VENETIE

Compte-rendu
Lors d’une première rencontre qui s’était déroulée à l’ermitage de Bermont, en Lorraine, les 1° et 2 septembre 2007, avait été retenus le projet de création d’une « route Saint Thibaud », et le souhait de se retrouver, une fois par an, sur un « site théobaldien », pour approfondir nos liens d’amitié, partager les résultats de nos recherches historiques etc... respectives et coordonner nos efforts. Ainsi il avait été convenu que :
• sur le premier point, ce chemin pourrait commencer à Provins, ville natale de saint Thibault pour se terminer à Badia Polesine où saint Thibaud est honoré dans une châsse magnifique. Entre ces deux villes, seraient progressivement ajoutés divers lieux ayant un lien avec l’épopée théobaldienne et avec lesquels des contacts amicaux pourraient être peu à peu noués.
• sur le second point, ces journées théobaldiennes seraient organisées, en 2008, à Badia Polesine, ville italienne jumelée avec Saint-Thibault-des-Vignes, par l’Association des « Amis de Saint Thibault » de Badia, récemment créée.

Ce projet a été porté par l’Association des « Amis de Saint Thibault » de Badia à la grande satisfaction des participants. Une organisation parfaite a permis de respecter le programme prévu, dans une ambiance particulièrement amicale.
Samedi 6 septembre 2008
• 9 h : rencontre des participants dans la salle Gidoni de Badia, joliment décorée
• 13h : déjeuner offert par l'Association des “Amis de Saint Thibault” de Badia
• 15h : reprise des travaux
• 18h15 : accueil des participants par Monsieur le Maire de Badia, les autorités locales, en présence de journalistes
• 20h30 : dîner surprise accompagné de spectacles à la « Festa della Brazadela » organisée par l’Association Culturelle « La Pozza »
Dimanche 7 septembre 2008 :
• 9h : réunion dans la salle Gidoni : conclusions de nos travaux fixation du lieu des journées 2009, nos amis Jeannine et André BRUNET ayant accepté de nous accueillir à Saint Thibault (Aube), au cœur de la Champagne
• 11h : messe à l'église de Badia (tombeau et tableau de saint Thibault), célébrée par Monseigneur Soravito de Franceschi, Evêque de Rovigo
• 13h : déjeuner fort sympathique autour de Monseigneur Soravito de Fransceschi.
• 14h30 : départ en voiture pour Sossano, via Carceri où fut particulièrement appréciée la visite guidée de la magnifique abbaye. Et vers 17h, notre ami Alberto COGO nous accueillait à Sossano pour la visite des deux chapelles dédiées à saint Thibault et de l'église paroissiale.


Compte-rendu des travaux
Par Maurice Coudert
Le groupe de personnes intéressées par la saga de saint Thibaud s'est retrouvé pour la deuxième fois à Badia Polesine, en Italie, les 6 et 7 septembre 2008.
Au nombre d'une vingtaine de participants, italiens et français ont réfléchi sur la mise en place d'une « Route européenne Saint Thibaud » sur 5000 kilomètres, en relation avec les instances touristiques et économiques des régions traversées par Thibaud et son compagnon Gauthier ; mais le projet reste pour le moment au stade de la réflexion .
Parallèlement le groupe a « planché » sur les avancées de la recherche historique sur le jeune marcheur de Provins : cette année, la nouvelle vision apportée par la littérature populaire (dite romane) du Moyen Age (prose, poèmes, chansons de geste), issue du personnage de saint Thibaud, que développe Monsieur Nicolaon, professeur d'université en langue médiévale. Il est présenté aussi au groupe, la copie sur parchemin de la « VITA » de saint Thibaud écrite par son contemporain et compagnon Pierre de Vangadice, retranscrite fin XIème siècle par les moines copistes de l'abbaye normande de Saint-Evroult-en-Ouche et consultable aujourd'hui dans le manuscrit 10 d'Alençon, à la Médiathèque ou numérisée à l'Institut de Recherche et d' Histoire des Textes de Paris.
(voir, ci-après, le résumé : « la recherche historique avance »)
Badia présente ensuite les travaux réalisés en cours d'année par une classe élémentaire en recherche sur San Teobaldo, leur personnage local, et l'édition d'un petit illustré sur le même thème. Saint-Thibault-en-Auxois nous parle du sponsoring concernant la réhabilitation de leur basilique. Bermont nous développe une action réalisée en coopération avec les offices de tourisme.
La seconde journée fut plus « récréative » par la réception à Badia de l'évêque du lieu, Monseigneur Soravito de Franceschi, qui s'intéresse vivement à l' initiative « théobaldienne » et par la visite touristique de sites proches de Badia Polesine, tels Sossano, lieu fréquenté par Thibaud et l'abbaye de Carceri, témoin impressionnant du Moyen Age recelant des fresques sur le jeune Franc de Provins.
Ces journées particulièrement réussies tant sur le plan de l’organisation et de l’accueil de nos amis italiens que sur le plan de relations amicales qui se sont approfondies, se sont, bien entendu, terminées sur un rendez-vous, en septembre 2009.

Les troisièmes journées théobaldiennes se tiendront donc en France, à Saint-Thibault, près de Troyes (Champagne)
Ce village, qui bénéficia de la protection des comtes de Champagne, seigneurs du site voisin d’Isle Aumont, a l’honneur de porter le nom du Saint. L’église paroissiale qui lui est dédiée, renferme une relique de saint Thibault et possède une sculpture admirable du seizième siècle, le représentant en chevalier.

La recherche historique avance
Cette année les évènements, souvent fruits du hasard, m'ont fait tomber entre les mains trois ouvrages présentant la littérature médiévale concernant saint Thibaud. Comme leur lecture fut pour moi une véritable révélation, je désirais en communiquer l'émotion à l'assemblée et lui découvrir quelque chose de ce paysage nouveau et fascinant : telle fut l'idée qui m'emmenait à Badia.
Ces trois auteurs, enseignants universitaires et chercheurs en langues romanes sont, dans l'ordre chronologique, avec le titre de leur ouvrage :
Mademoiselle MANNING : « LA VIE DE SAINT THIBAUT AN OLD FRENCH POEM », Columbia University, Etats-Unis, 1929
Monsieur HILL « TWO OLD FRENCH POEMS ON SAINT THIBAUT », Yale University, Etats-Unis, 1936
Monsieur NICOLAON « VIE DE SAINT THIBAUT DE PROVINS », CESCM Université de Poitiers, France, 2007, que nous remercions de sa bienveillance pour notre recherche.
Ces auteurs présentent trois textes médiévaux du XIIIème siècle, en langue populaire, écrits sur parchemin, qui retracent la saga de saint Thibaud de Provins : deux poèmes, l'un écrit en 398 vers octosyllabes, l'autre écrit en 1058 vers alexandrins et le troisième en une prose romane fort élégamment chantante, étudiée par Monsieur Nicolaon. Ce sont trois VITA de saint Thibaud destinées à être clamées, ou chantées, ou jouées, ou tout simplement lues comme on tourne les pages d'un livre, ici les folios d’un manuscrit.
La recherche qualifiée nous dit que ces trois textes, édités pour être portés à la connaissance du public, ne sont en quelque sorte que trois arbres qui cacheraient une forêt de documents médiévaux similaires, eux-mêmes pas tous répertoriés et peu connus du public et qui, ajoutés aux VITA parallèles latines médiévales écrites sur parchemin, elles-mêmes peu vulgarisées, seraient au nombre d'une bonne cinquantaine, conservées dans au moins autant de manuscrits. La moisson promet donc d'être abondante pour les Vies manuscrites médiévales de saint Thibaud, latines ou romanes, et le champ reste ouvert à la prospection.
Les participants ont pu observer de visu les fac-similés des trois textes romans et leur traduction en caractères modernes, de même que le fac-similé du texte original latin de la VITA de saint Thibaud de Provins retranscrite au XIème siècle par les moines de Saint-Evroult-en-Ouche sur présentation de celle (conviction de Monsieur HILL) de Pierre de Vangadice, le compagnon de Thibaud, laquelle va être transmise aux moines de l'abbaye Sainte Marie de La Pierre qui Vire (Bourgogne) pour qu'ils la traduisent en français moderne.
Tel fut l'essentiel de ce que j'ai essayé de présenter à Badia et la suite évidente serait de poursuivre la recherche dans le même sens tout en comparant à la recherche des Anciens (Chartreux, Mauristes et Bollandistes) qui, à vrai dire, ne semblent qu'avoir effleuré la littérature populaire manuscrite concernant saint Thibaud de Provins. L’université nous en ouvre les portes !

Maurice Coudert