Imprimer
Catégorie : Journées théobaldiennes

Premières journées théobaldiennes
1 et 2 septembre 2007


Ermitage Notre-Dame de Bermont
Commune de Greux - Département des Vosges - Lorraine


Compte-rendu


Depuis plusieurs années, à l’occasion de recherches historiques menées par quelques passionnés ou de rencontres informelles en France, en Italie ou en Belgique, se sont développés des liens d’amitié : ceux-ci se sont concrétisés, en 2006, par le jumelage des communes de Badia Polesine (Rovigo - Italie) et de Saint-Thibault-des-Vignes (Seine-et-Marne - France). 

Peu à peu, a ainsi germé l’idée d’une « route » qui pourrait « rapprocher », «relier » les personnes, les associations, les collectivités (communes…) qui seraient, à divers titres, intéressées, par un échange de connaissances ou par des relations culturelles, touristiques ou autres, centrées sur le personnage de saint Thibaut.


Mais quelles formes pourraient prendre cette « route saint Thibaut » ?

Tel fut le thème des réflexions de ces premières « journées théobaldiennes » qui se sont tenues, en ces premiers jours de septembre, à l’ermitage de Notre Dame de Bermont.

L’objet de ce compte-rendu est de présenter et de résumer ces réflexions.

Petite chronique de ces deux journées


Samedi 1° septembre :


Dimanche 2 septembre :

Les participants

Une vingtaine de personnes participèrent à ces premières journées, venant de :

Monsieur Gilles ANDRIOT, maire de Greux, eut un mot d’accueil très cordial et participa amplement à nos travaux.


Les thèmes abordés et les propositions retenues

Ces journées se sont déroulées dans une ambiance particulièrement détendue et amicale : nos amis italiens nous avaient réservé une petite surprise (dossiers sur Badia-Polesine illustrés avec goût et délicieux pain de saint-Thibaut…) ; un documentaire, fort instructif, rédigé en 2002 par Monsieur André BRUNET sur « Les Saint-Thibault de France », fut mis à disposition des participants ; la salle de réunion fut magnifiquement décorée de grandes et belles photos sur les lieux etc… théobaldiens.


Les échanges, riches et ouverts, ont été très constructifs, à la satisfaction de chacun :

◦ saint Thibaut, protecteur privilégié des comtes de Champagne
◦ la diffusion du culte de saint Thibaut : action des abbayes (Molesme…)
◦ l’étude géographique des lieux (chapelles, sources, lieux-dits…) dédiés à saint-Thibaut
◦ saint Thibaut et les chansons de geste : autour de Saint-Thibault- en- Auxois…
◦ les hypothèses sur les itinéraires empruntés par Thibaut (vers Compostelle, Rome…)
◦ la famille de Thibaut et ses liens avec les comtes de Blois et de Champagne
◦ saint Thibaut et l’épopée de Jehanne d’Arc
◦ quelques aspects de la spiritualité de Thibaut
◦ Thibaut, Romuald, Léon IX, Pierre Damien, Alexandre II, Grégoire VII et la réforme de l’Eglise…
◦ la diffusion du culte de saint Thibaut hors des frontières de Champagne
◦ saint Thibaut et l’Europe : les liens familiaux, l’itinéraire, les valeurs…

◦ la fondation d’une « fédération » d’associations, de personnes intéressées, avec le soutien éventuel des communes. Sous la forme juridique d’une association, cette fédération aurait son assemblée générale annuelle…
◦ ou... la création d’une structure de coordination légère, gérée par quelques personnes qui auraient la responsabilité de centraliser et de diffuser les informations, la libre initiative de chacun étant préservée
◦ l’organisation d’une « enquête » auprès des « sites théobaldiens » (fort nombreux) afin d’intéresser si possible quelques personnes qui pourraient recueillir les traditions locales relatives à saint Thibaut et les transmettre, afin d’enrichir un « fonds théobaldien »
◦ la création et gestion de ce «fonds théobaldien »
◦ la mise en place et l’animation d’un site internet et la publication d’un bulletin d’informations et de liaison
◦ l’instauration de « journées théobaldiennes » une fois par an en mai ou en septembre, sans charge financière pour les organisateurs…

la nécessité d’une gestion légère, économique et décentralisée, s’appuyant essentiellement sur les personnes et les associations, mais sans négliger la recherche de l’appui, au moins moral, des collectivités : communes, régions…

la mise en évidence de l’actualité du personnage de saint Thibaut, de son parcours européen ainsi que des valeurs européennes qu’il a si bien personnifiées

Pour le moment, la mise en place d’une structure légère de coordination et d’information
La centralisation des informations, leur vérification, leur mise en forme éventuelle ainsi que de leur transmission à la personne qui aurait la mission d’animer un site internet
La création de ce site internet semble en effet nécessaire. Furent retenus :
son adresse : http://www.theobaldus.org 
son nom : SULLE ORME di S.TEOBALDO, pour les italiens 
et SUR LES PAS de SAINT THIBAUT, pour les francophones.
La recherche de personnes intéressées dans les lieux dédiés ou liés à saint Thibaut : chacun est concerné par cette démarche.
L’organisation de « journées théobaldiennes » en 2008 : nos amis italiens semblent être prêts, mais doivent préalablement recueillir l’accord de leur association etc…


Voici, en quelques lignes, un résumé de ces deux journées très riches et encourageantes qui se sont déroulées dans un climat de profonde confiance et d’amitié sincère.


Le 8 septembre 2007